Thrillers

Hortense, Jacques Expert

hortense._SX195_

 

Glitter_e82cc67f59

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec son ex-compagnon, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus ».

2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Education, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le paraît ?

 

Glitter_98e7c1e919

 

Je ne vais pas passer par quatre chemins, je suis très très mitigée (ou pas d’ailleurs) sur ce livre. Pour être honnête je dirai même presque qu’il ne m’a pas plu du tout mais peut-être que ce serait un peu fort. L’histoire de départ pouvait-être intéressante si elle était bien ficelée même si je trouve que ça fait très téléfilm, c’était une intrigue intéressante à développer, la psychologie plus que présente. Mais malheureusement j’ai trouvé l’écriture lente, il ne se passe pas grand chose, presque rien en fait jusqu’à la fin. Là où j’ai un peu de mal à chroniquer ce livre c’est que j’ai été un peu voir les avis bien évidemment et ils sont plutôt très bons dans l’ensemble donc je me demande si je ne suis pas un peu dure et si nous avons lu le même livre !

Tant pis je me jette à l’eau enfin j’essaye… premièrement, contrairement à beaucoup de personnes qui apparemment ont été abasourdies et bouleversées par la fin (qui soit dit en passant se tient vraiment en trois pages), je m’y attendais à des kilomètres à la ronde, j’ai trouvé que c’était gros comme une maison (j’espère que vous ne prendrez pas cela pour de la prétention mais franchement quel étonnement !).

Deuxièmement, les personnages sont froids, sans aucun charisme à mon sens, on ne peut pas s’identifier à eux j’ai trouvé, c’est triste à dire mais je n’en ai apprécié aucun et je crois que c’est bien la première fois.

L’atmosphère de ce livre est assez « glaçante », même les passages un peu plus légers sont, si j’ose dire, ternes pour moi. Il m’a vraiment manqué l’actions et les bouleversements qu’on m’avait promis.

Une des seules choses, que j’ai trouvé assez bien faite à été le rôle d’Isabelle (là je l’avoue je ne l’avais pas vu venir) mais ça aussi, on ne sait pas vraiment le pourquoi du comment et si c’est bien de la même qu’on parle et ce qu’il s’est réellement passé… Vous me direz que c’est fait exprès, l’auteur a sciemment laissé notre imagination s’évader, sûrement mais je n’ai pas accroché.

Par contre, un autre point positif quand même, l’auteur nous fait bien comprendre l’état psychologique de Sophie, à quel point la perte d’un enfant de cette manière là peut bouleverser une vie jusqu’à affecter la santé mentale d’une mère qui lutte et espère jusqu’au bout revoir son enfant.

Bref, cette chronique va être assez courte mais je ne sais même pas vraiment quoi dire et comment expliquer le « malaise » que j’ai ressenti en lisant ce livre.

Bien sur, je ne m’arrêterai pas là, il faudra que je lise un autre livre de cet auteur avant de me faire une idée beaucoup plus juste, il ne faut pas s’arrêter à une impression, ce ne serait pas juste pour lui parce que je sais qu’il plaît à énormément de monde et mes idées sont très personnelles forcément (logique !!!).

 

Glitter_a2905a441a

8/20

Publicités
Thrillers

Te laisser partir, Clare Mackintosh

te laisser partir-T

 

Glitter_e82cc67f59

Un soir de pluie à Bristol. Un petit garçon qui échappe à la vigilance de sa mère.

Une voiture qui surgit…et un chauffard qui s’enfuit. En dépit de l’obstination de l’équipe d’enquêteurs, pas une piste. Rien.

Ce bref instant a suffit à transformer en cauchemar l’existence de Jenna. Aurait-elle pu empêcher la tragédie ? Pour elle, il n’y a plus qu’une solution, tout quitter. Va-t-elle pouvoir oublier la souffrance de cette nuit de novembre, dans ce cottage, isolé où elle se réfugie sur la côte désolée du Pays de Galles ? Le chagrin et la douleur vont-ils s’estomper, ou le passé va-t-il la rattraper, provoquant une cascade de répercussions dramatiques ?

 

Glitter_98e7c1e919

Ce livre est génial !

Une amie me l’a prêté en me disant que c’était un réel coup de cœur et je dois dire que je confirme. Çà a été un livre palpitant jusqu’à la fin avec de superbes rebondissements. Il est composé de deux parties : la première nous permettant d’installer petit à petit l’intrigue et la seconde de rentrer vraiment plus profondément dans l’enquête un an après ce délit de fuite après le bouleversement de fin de première partie dont je ne peux bien sûr pas spoiler !

L’histoire commence avec un chauffard qui renverse un petit garçon qui est tué sur le coup devant les yeux de sa mère. Les enquêteurs vont essayés de démêler cette affaire à tout prix mais un an après les maigres indices sur la voiture n’ont toujours rien donné et ils doivent classer l’affaire ce qu’ils se refusent à faire (forcément on est humains c’est encore pire ce genre d’affaire lorsqu’il s’agit d’enfants je pense).

Nous suivons ensuite Jenna, qui à tout quitté suite à ce drame et qui essaye tant bien que mal de se reconstruire, en s’isolant de tout le monde ou presque. Malgré tous ses efforts elle ne pourra jamais oublier ce jour tragique et en cauchemarde toutes les nuits invariablement. Mais elle va rencontrer Bethan et Patrick qui vont un peu l’aider dans sa reconstruction sans même le savoir. Et puis je vous passe les détails il y a cette fin de première partie qui nous laisse sans voix, bouleversement total. J’en suis même était au point de revenir au début voir si je n’avais pas raté quelque chose !

La deuxième partie comme je le disais précédemment nous plonge plus dans l’enquête en elle-même après un début de piste qui relance tout. Et là, bien évidemment on va de rebondissement en rebondissement et c’est trop difficile d’en dire plus sans trop en révéler…

Je dois dire que je l’ai lu en très peu de temps tellement je l’ai trouvé intéressant et bien écrit. Les personnages sont attachants, l’histoire nous permets de découvrir un peu la vie des enquêteurs, leurs sentiments et leurs problèmes également. C’est une histoire pleine d’empathie face à la douleur, tellement d’émotions. La reconstruction d’une vie après de tel(s) drame(s) peut-t-elle être possible ? Peut-on même l’imaginer ?

J’ai même du mal à vous le chroniquer, je cherche mes mots et je ne trouve pas comment vous l’expliquer correctement car on en dévoilerait trop et ça ne refléterait pas ce que j’ai pensé réellement. Si vous voulez plus d’avis, je fais une petite dédicace à l’amie qui me l’a prêté et vous conseille d’allez voir sa chronique !(https://mesculturiosités.wordpress.com)

 

Glitter_a2905a441a

19/20 (pour ne pas dire 20/20 !)

fantasy

Un palais d’épines et de roses, Sarah J.Maas

CVT_Un-palais-depines-et-de-roses-tome-1_4978

 

Glitter_e82cc67f59

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

Et pourquoi lui et sa cour se cachent-ils derrière des masques ? Quel est le mal qui ronge son royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?

A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ? Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

 

Glitter_98e7c1e919

Ayant repérer ce livre depuis un moment car on en entend beaucoup parlé actuellement, j’avais hâte de le lire tout en ayant un peu peur car la dernière fois que j’avais autant entendu parlé d’un livre en bien c’était pour les fiancés de l’hiver et j’ai été un peu déçue. Bref, ce ne fut pas le cas pour celui-ci : je l’ai beaucoup apprécié.

Cette histoire est très originale, un conte de la Belle et la Bête revisité, mais alors vraiment revisité ! Ce livre est addictif une fois qu’on l’a entamé et en plus il se lit très vite. Ce monde où mortels et immortels vivent côte à côte mais séparés par un mur invisible et où chacun méprise l’autre c’est prenant. Les personnages sont extrêmement attachants même les « vilains ». Bien sûr je ne dirai pas que j’ai apprécié Amarantha non plus je n’irai pas jusque là mais les autres valent tous le coup. Même les personnages secondaires sont présents, bien détaillés et on veut en savoir plus sur eux notamment Rhys bien évidemment qui promet une belle suite. Quant à Tamlin et Feyre que dire de plus ! Ce sont des personnages courageux et battants malgré toutes les épreuves qu’ils ont dû endurer chacun de leur côté : Feyre est la seule à subvenir aux besoins de ses sœurs et de son père (ayant été ruinés) en chassant des bêtes dans la forêt pour se nourrir quitte à se mettre en danger. Elle est combative, volontaire et se sacrifie pour une promesse faite à sa mère sur son lit de mort des années plus tôt : protéger sa famille.

Tamlin quant à lui est un personnage mystérieux et froid en apparence et porte ce masque qu’il ne peut pas enlever suite à une malédiction dont il ne peut pas parler. Feyre va apprendre à connaître le monde des Grands Fae notamment la cour du Printemps, royaume de Tamlin, après avoir tué un loup qui se révélait être un immortel. Selon le traité, un mortel ayant tué un immortel devient la « propriété » du Grand Seigneur qui peut s’en servir d’esclave ou le tuer. Tamlin emmène donc Feyre dans son monde qui est loin mais très loin d’être ce que Feyre s’imaginer. D’abord réticente, elle découvre en Tamlin quelqu’un d’attentionné, de bienveillant et de doux. Elle va apprendre peu à peu les légendes et les vérités de ce roayume, les promenades dans de somptueux paysages et les créatures monstrueuses dont il faut se méfier.

Et bien sûr que serait un conte sans la belle histoire d’amour qui va avec : on connaît tous la belle et la bête et c’est d’ailleurs l’amour qui tient toute cette histoire : banale mais universelle !

En bref, lecture originale avec tous les ingrédients pour un bon roman fantasy : la magie, les mortels et immortels, les créatures démoniaques, la guerre, les joies, l’amour, une bonne intrigue originale et une héroïne forte malgré son humanité et … je m’arrête là ! Simple mais efficace.

 

Glitter_a2905a441a

 

17.5/20

 

classique·Romance

Le Goût du bonheur, Adélaïde, Marie Laberge

cvt_Le-got-du-bonheur-tome-2-Adelaide_7387

 

Résumé : (attention spoiler) !!!

La mort accidentelle de Gabrielle, âme de la tribu, bouleverse les Miller. Les étés immuables sur l’île québécoise d’Orléans sont à jamais perdus. La guerre et les réquisitions ont dispersé la plupart des hommes. Et le destin s’acharne sur Adélaïde, désormais épouse du brillant Nicholas McNally sans cesse menacé par la démence de sa propre sœur. Adélaïde, elle, reste droite malgré les déchirements qui l’assaillent. Si la jeune femme conserve le goût du bonheur en pleine tragédie, c’est à Florent qu’elle le doit, cet ami de toujours dont la tendresse défie les années. Pour combien de temps encore ?

 

Mon avis : 

Après un réel coup de cœur pour le premier tome Gabrielle, j’avais un peu peur d’être déçue car un tome deux reste un tome deux. Et bien non et je dirai même que c’est le contraire j’ai aimé ce livre encore plus que le premier. Il est carrément génial. C’était déjà tellement dur d’attendre après la fin du premier mais là….

Nous suivons Adélaïde, la fille de Gabrielle dans les années 40, pendant la guerre qui a éloigné les hommes et même certains adolescents. Elle a réussi a trouver le bonheur en épousant Nic, de 20 ans son aîné, et ami de la famille. Même si certains membres de sa famille ne veulent plus la voir par rapport à sa situation (je n’en dirai pas plus pour ne pas tout dévoiler) et malgré le fait qu’elle n’ai plus de nouvelle de Theodore, Adélaïde est plus combative que jamais. J’ai adoré ce personnage encore plus que dans le premier tome : ce caractère qui bouscule tout le monde, qui dérange en cette période de guerre, de non-dit. Adélaïde sort des « bonnes mœurs » et le clame haut et fort, j’adore !! Elle ressemble en de nombreux points à sa mère mais en plus forte, plus entêtée et en osant affirmer ses positions. On suit dans ce tome la vie,  les amours et les bouleversements d’une famille pendant les années de la seconde guerre mondiale au Québec, d’un point de vue majoritairement féminin ce que j’ai trouvé particulièrement intéressant.

Outre son caractère déterminé, Adélaïde se démarque encore plus des autres en dirigeant « l’empire » industriel de son mari ce qui dérange tout autant les hommes étant resté au pays.

Tous les personnages dans ce tome sont quand même bien décrits et présents :  les premiers pas de Léa par exemple, qui est tellement touchante, Florent bien sûr, éternel pilier pour un peu tout le monde… enfin bref tout le monde à sa place au sein de cette grande famille et c’est un plaisir de découvrir toute ces personnes même celles qui sont absolument abjectes qu’on voudrait gifler.

Le seul petit bémol de ce tome, tout comme le précédent d’ailleurs, (mais c’est uniquement pour chipoter) reste certaines descriptions un peu longues.

En résumé, ce livre est indescriptible, et ce que je trouvais comme défaut dans le premier tome notamment la lenteur, le peu d’action et les expressions québécoises un peu difficiles à comprendre par moment, ont été supprimés pour une lecture beaucoup plus simple et agréable. C’est un livre bouleversant d’émotions, de bonheur et de tristesse à la fois (sortez les mouchoirs je vous préviens !). Et la fin que dire d’une telle tragédie sinon qu’on veut absolument connaître la suite.

 

Si je devais donner une note : 

20/20 (cette note ne sortira pas souvent voire jamais je pense !!!)