polar·Thrillers

Ne lâche pas ma main, Michel Bussi

Ne-lache-pas-ma-main

 

Résumé : 

Un couple d’amoureux dans les eaux turquoise de l’île de la Réunion.

Farniente, palmiers, soleil.

Un cocktail parfait.

Pourtant, le rêve tourne court. Quand Liane disparaît de l’hôtel, son mari, Martial, devient le coupable idéal. Désemparé, ne sachant comment prouver son innocence, il prend la fuite avec leur fille de 6 ans. Pour la police, cela sonne comme un aveu : la course-poursuite, au cœur de la nature luxuriante de l’île, est lancée.

 

Mon avis : 

Pour être cash tout de suite ce livre n’est pas mon préféré de Michel Bussi, je pense même que c’est pour l’instant un des deux que j’ai le moins apprécié avec « maman a tort ». J’ai été très très longue à rentrer dans l’histoire, il m’a presque fallu la moitié du livre pour vraiment m’y mettre (et oui heureusement je suis patiente par moment !!). Pourtant je ne saurai trop dire pourquoi car l’intrigue se met en place dès le début du livre mais je l’ai trouvée un peu sans saveur par rapport à d’habitude. Une femme disparaît de sa chambre d’hôtel, tout accuse le mari comme par hasard et pour pimenter un peu l’histoire il s’enfuit avec sa fille. Bref pas trop d’originalité, intrigue peu enivrante à part le fait que l’on sache que Martial a un rendez-vous à l’autre bout de l’île mais sans en connaître le motif bien évidemment. De plus, je n’ai pas réussi à m’intéresser aux différents personnages peu attachants et limite cliché même les rares passages où c’est Sofa qui parle ne m’ont pas captivés et pourtant une petite fille de 6 ans pourrait nous attendrir et bien non et ce jusqu’à la fin du roman par contre. Autre point négatif la fin qui est trop brutale pour moi : j’aurai aimé en savoir un tout petit peu plus quant à la suite des événements.

Alors oui, certes, en points positifs le paysage est magnifiquement décrit, Bussi nous explique beaucoup l’environnement Réunionnais, sa végétation si particulière, ses montagnes, son climat assez singulier avec la différence montagnes et plages. On apprend aussi pas mal la diversité culturelle avec ses différents métissages et religions ce qui est intéressant à découvrir à travers la chasse à l’homme des officiers de police pour retrouver Martial et Sofa. Et puis d’un coup (je ne sais même pas a quoi est dû ce déclic) je m’y suis mise : l’histoire s’est emballée, un peu plus d’action, et les questions qui commencent à arriver de toute part ce qui fait tout le charme des livres de cet auteur justement. J’ai commencé à élaborer des théories qui au final étaient toutes fausses mais c’est justement cela que j’aime ! Oui certains diront qu’il y a pas mal d’incohérences et d’invraisemblances mais cela ne m’a pas choqué plus que ça et le final était pour moi aussi insoupçonnable que dans tous ses livres : le suspens nous tient en haleine jusqu’au bout  et on trépigne d’impatience en attendant de connaître le fin mot de l’histoire.

En résumé, beaucoup de longueurs au début, personnages froids et peu intéressants mais peu à peu l’intrigue s’installe on se prend au jeu en allant sur pas mal de fausses pistes. C’est un livre écrit avec beaucoup de simplicité et un final à la Michel Bussi. Bref un très agréable moment passé tout de même.

 

Si je devais donner une note :

15/20 

Non classé·polar

Le temps est assassin, Michel Bussi

Le-temps-est-aain

 

Résumé : 

Été 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d’un ravin de vingt mètres, une voiture roule trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clothilde, quinze ans. Ses parents et son frère n’ont pas eu la même chance.

Été 2016. Clothilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, accompagnée de son mari et de sa fille adolescente. Elle veut profiter de ces vacances pour exorciser le passé. C’est au camping dans lequel elle a vécu son dernier été avec ses parents, que l’attend une lettre… de sa mère. Vivante ?

 

Mon avis : 

Que dire de ce livre sinon que je l’ai adoré. C’est le cinquième livre que je lis de cet auteur et même si bien évidemment j’ai des préférences je les trouve à chaque fois très agréables à lire. Pour tout dire, je pense même que « le temps est assassin » est tout près de détrôner mon préféré : Nymphéas Noirs. Une fois qu’on a commencé, on n’a pas envie d’arrêter pour connaître le dénouement ce qui est la base d’un bon polar justement.

Comme d’habitude Bussi nous fait partir dans pleins de directions, laisse notre imagination se mettre en marche : tous les personnages sont des suspects potentiels et le suspens est présent à nouveau jusqu’à la fin du livre.

L’histoire se déroule en Corse et j’ai apprécié la description des paysages, de la presqu’île dans son ensemble et sans tomber dans les clichés qui seraient extrêmement faciles, l’auteur nous dévoile un peu la mentalité et les traditions familiales corses et j’ai beaucoup aimé. Autre point positif pour moi : les personnages qui peuvent être à la fois touchants comme Clothilde de part le drame familial qu’elle a vécu mais aussi énervants comme sa fille Valentine qui donne l’impression de n’en avoir rien à faire de sa mère, de son histoire et puis on repense que c’est une adolescente de quinze ans et que c’est normal!!! Son mari Franck est aussi un personnage quand même assez intéressant à découvrir et cela est limite dérangeant j’ai trouvé que lui aussi n’accorde aucune importance à l’enfance de sa femme.

Autre point positif, le récit jongle entre l’année 1989 et l’année 2016 et c’est captivant de découvrir les différences qu’il peut y avoir tant au niveau de l’évolution des personnages (mentale ou physique d’ailleurs!) que nous avions laissés adolescents et les adultes qu’ils sont devenus après le drame qui s’est déroulé en 1989. Le changement de décor avec les années est aussi décrit avec une précision crédible.

En ce qui concerne les points négatifs (et oui il faut bien qu’il y en ai un peu!), c’est un livre qu’il faut lire avec attention car il y a énormément de personnages différents et par moment il faut quelques secondes pour se remémorer de qui on parle.

Et, comme presque tous les livres de Bussi, un petit reproche quant à la longueur du  livre : certaines pages de la fin mériteraient à mon avis d’être largement raccourcies ce qui n’enlèverait rien à l’histoire et à son dénouement.

Voilà en résumé, super bonne lecture qui tient en haleine jusqu’à la fin : on espère encore et encore, on échafaude des théories toutes plus farfelues les unes que les autres et au final on ne s’attend pas du tout à cette fin et c’est encore une bonne surprise de Michel Bussi !

 

Si je devais donner une note : 

18/20