Romance

La liste, Comment prendre en main sa vie sexuelle, Joanna Bolouri

la liste

Glitter_5cd65cc625

Phoebe ne se remet pas de sa rupture amoureuse et porte son célibat comme une croix. A la veille d’une nouvelle année en solo, elle dresse la liste des pratiques qu’elle a toujours voulu expérimenter au lit sans jamais avoir l’occasion-ou le courage- de passer à l’acte. Son année sera placée sous le signe du plaisir, du sexe sans contraintes affectives. A première vue, rien de plus simple… Et si le grand amour venait s’en mêler au moment où on s’y attend le moins ?

 

Glitter_5e24293f98

Je serai assez brève sur ce bouquin car c’est une petite déception. A la base, cette histoire aurait eu tous les ingrédients pour me plaire. J’aurai facilement pu m’identifier au personnage de Phoebe, la trentaine, célibataire et qui vient de rompre avec son copain car il avait une aventure avec sa collègue de travail me semble-t-il. Du coup, lors du réveillon du 1er janvier elle décide de prendre sa vie en main au lieu de s’apitoyer sur son sort. Mais comment faire et par où commencer surtout lorsqu’on est déprimée et que l’on ne croit plus en grand chose ? Pourquoi pas par une liste de choses qu’on n’a jamais faites et qui nous font envie. Liste consacrée à la vie sexuelle de Phoebe qu’elle trouve plate et sans intérêt jusqu’à présent. Deuxième problème : avec qui tester toutes ces choses ? Phoebe décide de les expérimenter pour la plupart avec son meilleur ami Oliver…

Alors voilà, le commencement m’a bien plu, l’état d’esprit de Phoebe est assez bien décrit. J’ai aimé que ce livre soit une sorte de journal intime et donc par conséquent écrit au présent ce qui simplifie la lecture. Si je dois commencer par les points positifs je dirai également que je me suis bien attachée aux personnages : Phoebe a des amis très proches et de longue date et je suis toujours admirative d’une telle amitié. Ses meilleures amies Lucy et Hazel sont des personnages très sympathiques et sont totalement différentes, l’une étant exubérante, volage et d’une franchise peut-être extrême (Lucy) et l’autre beaucoup plus posée, discrète et réfléchie mariée et mère de famille (Hazel). J’aime ce paradoxe. Malgré leur différente situation personnelle et professionnelle, elles aiment se retrouver pour sortir quand même dès que possible, entre copines. Quant à son meilleur ami, Oliver, c’est mon personnage préféré : il est attachant. C’est un ami sur qui on peut toujours compter, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit et c’est un beau gosse dont toutes les filles sont folles ce qui ne gâche rien ! Pour être tout à fait honnête c’est le personnage de Phoebe qui m’a le moins marquée alors que toute l’histoire repose sur elle ce qui est un comble !

Alors voilà pourquoi je n’ai pas accroché au personnage de Phoebe et c’est ce gros point négatif qui me fait dire que ce bouquin n’est pas un succès enfin selon moi : le langage de cette jeune femme ! C’est une horreur pour moi. Je veux bien que l’on soit une jeune femme ouverte d’esprit, libre sexuellement et vivant dans son temps mais là c’est trop. Et pourtant ceux qui me connaissent personnellement savent très bien que je ne suis pas une blanche colombe au niveau du langage et que je ne suis pas facilement choquée par ça ! Mais ce livre est impossible. Elle en devient vraiment vulgaire à force de jurer comme un charretier et cela rend la lecture très désagréable. C’est de pire en pire au fil des pages. De plus, il ne se passe franchement pas grand chose tout au long du livre, certes elle réalise la liste de « défis sexuels » mais à la longue ça devient lassant et répétitif.

La fin est sans surprise, c’est évident comme le nez au milieu de la figure…

En bref, ce livre est vraiment à lire comme un livre distrayant quand on a 5 minutes car il est très court. Je dois avouer que c’est assez cocasse et amusant par moment mais ce n’est pas de la grande littérature loin de là! Et si, au tout début de ma chronique, j’ai dit que c’était une petite déception c’est que je ne m’attendais pas à un bouquin extraordinaire quoiqu’il arrive. Mais c’est dommage parce que la base était sympa.

 

Glitter_157b872ced

11/20

 

classique·Romance

Le Goût du bonheur, Adélaïde, Marie Laberge

cvt_Le-got-du-bonheur-tome-2-Adelaide_7387

 

Résumé : (attention spoiler) !!!

La mort accidentelle de Gabrielle, âme de la tribu, bouleverse les Miller. Les étés immuables sur l’île québécoise d’Orléans sont à jamais perdus. La guerre et les réquisitions ont dispersé la plupart des hommes. Et le destin s’acharne sur Adélaïde, désormais épouse du brillant Nicholas McNally sans cesse menacé par la démence de sa propre sœur. Adélaïde, elle, reste droite malgré les déchirements qui l’assaillent. Si la jeune femme conserve le goût du bonheur en pleine tragédie, c’est à Florent qu’elle le doit, cet ami de toujours dont la tendresse défie les années. Pour combien de temps encore ?

 

Mon avis : 

Après un réel coup de cœur pour le premier tome Gabrielle, j’avais un peu peur d’être déçue car un tome deux reste un tome deux. Et bien non et je dirai même que c’est le contraire j’ai aimé ce livre encore plus que le premier. Il est carrément génial. C’était déjà tellement dur d’attendre après la fin du premier mais là….

Nous suivons Adélaïde, la fille de Gabrielle dans les années 40, pendant la guerre qui a éloigné les hommes et même certains adolescents. Elle a réussi a trouver le bonheur en épousant Nic, de 20 ans son aîné, et ami de la famille. Même si certains membres de sa famille ne veulent plus la voir par rapport à sa situation (je n’en dirai pas plus pour ne pas tout dévoiler) et malgré le fait qu’elle n’ai plus de nouvelle de Theodore, Adélaïde est plus combative que jamais. J’ai adoré ce personnage encore plus que dans le premier tome : ce caractère qui bouscule tout le monde, qui dérange en cette période de guerre, de non-dit. Adélaïde sort des « bonnes mœurs » et le clame haut et fort, j’adore !! Elle ressemble en de nombreux points à sa mère mais en plus forte, plus entêtée et en osant affirmer ses positions. On suit dans ce tome la vie,  les amours et les bouleversements d’une famille pendant les années de la seconde guerre mondiale au Québec, d’un point de vue majoritairement féminin ce que j’ai trouvé particulièrement intéressant.

Outre son caractère déterminé, Adélaïde se démarque encore plus des autres en dirigeant « l’empire » industriel de son mari ce qui dérange tout autant les hommes étant resté au pays.

Tous les personnages dans ce tome sont quand même bien décrits et présents :  les premiers pas de Léa par exemple, qui est tellement touchante, Florent bien sûr, éternel pilier pour un peu tout le monde… enfin bref tout le monde à sa place au sein de cette grande famille et c’est un plaisir de découvrir toute ces personnes même celles qui sont absolument abjectes qu’on voudrait gifler.

Le seul petit bémol de ce tome, tout comme le précédent d’ailleurs, (mais c’est uniquement pour chipoter) reste certaines descriptions un peu longues.

En résumé, ce livre est indescriptible, et ce que je trouvais comme défaut dans le premier tome notamment la lenteur, le peu d’action et les expressions québécoises un peu difficiles à comprendre par moment, ont été supprimés pour une lecture beaucoup plus simple et agréable. C’est un livre bouleversant d’émotions, de bonheur et de tristesse à la fois (sortez les mouchoirs je vous préviens !). Et la fin que dire d’une telle tragédie sinon qu’on veut absolument connaître la suite.

 

Si je devais donner une note : 

20/20 (cette note ne sortira pas souvent voire jamais je pense !!!)

Romance·Young Adult

Loin de tout, J.A. Redmerski

 

                          

Résumé : 

CAMRYN n’a jamais voulu se contenter d’une petite vie tranquille. A vingt ans, alors qu’elle croit que son avenir est sur des rails, elle perd son petit ami dans un accident de voiture. Tout s’écroule. Cédant à un élan irrésistible, la jeune fille décide de tout plaquer pour aller voir ailleurs – et s’y perdre, avec un peu de chance.

C’est alors que son chemin croise celui d’Andrew, vingt-cinq ans, qui n’a pas été épargné par la vie, lui non plus. Ces deux paumés font route ensemble et retrouvent ce qu’ils cherchaient sans le savoir : l’espoir. Camryn se sent vivre plus intensément depuis qu’elle a rencontré ce compagnon de route audacieux, drôle et incroyablement séduisant. Ce road trip improvisé marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui pourrait faire de ce voyage le dernier.

 

Mon avis :

Alors, c’est complètement bizarre ce que je vais écrire mais je ne sais pas trop quoi pensé de ce bouquin. Habituellement, c’est exactement le genre de livre qui me plaît : deux personnages au destin brisé mais le garçon va rencontrer la fille… (oui je sais très bateau et plutôt pour les adolescents mais que voulez-vous je suis une éternelle enfant et je ne vais pas mentir j’aime ça!!). Il faut dire que le livre est bien écrit, simple et ce road trip improvisé n’est quand même pas banal et nous permet de découvrir grossièrement quelques villes et ambiances, mais il me manquait un petit quelque chose et je ne saurai trop quoi justement là est le problème… Ou peut-être que j’attendais justement plus de dépaysement, de description de paysage, de rentrer plus dans ce voyage qui finalement passe vraiment au second plan alors que c’était l’idée qui me plaisait au départ.

Par moment je me suis ennuyée, j’ai trouvé que c’était vraiment cliché et pourtant j’ai aimé les personnages, surtout celui d’Andrew à qui on s’attache vite je pense, ses réflexions, son humour, et son air détaché m’ont même fait rire parfois. La fin a quand même réussi à me surprendre un peu, je dois avouer que je ne pensais pas à ça. D’après les avis, le deuxième tome est un peu moins bien donc je vous avouerai que je le lirai peut-être un jour, mais ce ne sera pas une priorité, contrairement à certaines fois où dès qu’on pose le 1er tome on se dit aussitôt « mais bon sang pourquoi je n’ai pas acheté la suite, je ne veux pas attendre… »

Je ne dis pas que je ne l’ai pas aimé attention, ça se lit vite, on passe un bon moment et je ne regrette surtout pas l’achat de ce livre, qui, je le comprends, a plu à beaucoup de monde et a d’ailleurs obtenu le prix des lectrices 2014. Je n’avais peut-être pas la tête à lire ce genre de roman actuellement tout simplement.

 

Si je devais donner une note :

15/20

classique·Livres·Romance

Le Goût du bonheur, Gabrielle, Marie Laberge

téléchargement

Résumé : 

Dans leur résidence estivale de l’Ile d’Orléans, non loin de Québec, les Miller et leurs six enfants offrent l’image de l’harmonie et de l’aisance. La crise des années trente les a épargnés. Chez eux, le goût du bonheur l’emporte sur les conventions et les préjugés d’une société paroissiale étouffante. Comblée par son mari, Gabrielle aspire à encore plus de liberté. La tendre et violente Adélaïde, sa fille, est déchirée entre sa tendresse pour le jeune Florent et sa passion pour l’Irlandais Nic Mac Nally. Alors que la rumeur de la guerre enfle en Europe, s’annoncent des orages du cœur…

 

Mon avis : 

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre qui reste simple et assez « classique ». Je l’ai acheté suite aux avis des booktubers que je suis assez souvent sur le conseil d’une amie depuis peu et je dois dire que je ne suis pas déçue. Premier tome d’une trilogie « Le goût du bonheur », est bien écrit, et malgré le « pavé » (+ de 850 pages), ce livre est captivant et nous montre la vie au Canada dans les années 20/30 ce qui est intéressant et je dois dire assez « marrant » dans certaines répliques ou expressions canadiennes.

Ne vous attendez pas non plus à un roman qui bouge avec pleins de renversements qui nous bousculent mais moi j’aime ce style classique, familial. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à cette fin qui nous laisse sur notre faim c’est le cas de le dire… J’ai vraiment hâte de lire les deux prochains tomes Adélaïde et Florent car d’après les avis ils sont encore plus bouleversants.

Bref, pour moi très bon roman, avec une héroïne Gabrielle que j’ai adoré, qui bouscule toutes les conventions de cette époque mais en restant quand même très fortement encrée dans les « normes » de cette époque à savoir la religion et la place de la femme dans la famille.

Si je devais donner une note : 

18/20