Non classé

Je vous sauverai tous, Emilie Frèche

je vous sauverai tous

 

Résumé :

 

Clinique de l’Abbaye, Viry-Châtillon, le 15 octobre 2014.

Seize années d’amour, de tendresse, d’écoute, d’enseignement, d’erreur aussi sans doute, mais toujours cette volonté d’être là et de faire au mieux, et au final, ce grand vide, ce silence abyssal ? Je n’imaginai pas qu’on puisse être abandonné par son enfant. C’est pourtant ce que ma fille a fait. Oui, elle nous a abandonnés, sa mère et moi, depuis quinze jours, nous voilà errants, orphelins d’elle, aux confins de la folie. Eléa n’avait que dix-sept ans.

Juvisy-sur-Orge, le 17 novembre 2015.

Ce qui me tuera, c’est la honte. C’est de voir et d’entendre partout des gens communier, et d’imaginer toi, te réjouissant de ce grand chagrin national. Comment assumer une chose pareille ? Pour la mère que je suis, c’est impossible. Je m’en vais donc, ma chérie. Je pars rejoindre ce pays du Levant qui compte l’Irak et la Syrie.

 

Mon avis : 

Alors là, ce livre mais quel coup de cœur ! Pourtant je dois avouer que j’ai eu du mal à l’attaquer, j’en avais entendu dire tellement de bien que je l’ai acheté et malgré tout aucune envie de m’y mettre. Et bien c’est fait et aucun regret bien au contraire : ce livre a pour moi tout ce qu’il faut pour un bon bouquin, c’est un témoignage bouleversant d’un père, d’une mère et de leur fille, qui s’écrivent chacun à travers un journal intime après le départ de la fille pour la Syrie et l’embrigadement pour aller faire le Djihad. De plus, il est très bien écrit, simple mais puissant.

Eléa n’a que 17 ans lorsqu’elle part pour la Syrie rejoindre Daech et ses parents n’ont rien vu venir, ne pouvaient pas se douter qu’une telle chose pouvait arriver, leur fille étant pleine de vie, de folie, vivant sa vie à fond avec sa meilleure amie Johanna et son copain Marin.  Enfin une vie d’adolescente normale quoi ! Et puis, petit à petit, on découvre à travers son journal intime comment elle en est arrivée là, se coupant de tout le monde, au fur et à mesure, se mettant à détester la société et ses idées. On peut voir le processus de l’embrigadement via les réseaux sociaux : des personnes qui lui donnaient l’impression d’être une personne à part, qui lui montraient les sourates du Coran en se servant de ses peurs, de ses doutes et de la soi-disant « vraie version » du Coran…

J’ai trouvé ça juste magnifique cette idée d’une mère et d’un père qui écrivent en fait à leur fille à travers leur journal intime, cela rend l’histoire tellement plus vivante, on ressent leur souffrance, leur incompréhension et leur colère aussi et j’aurai presque eu envie de crier avec eux !

D’un côté, le point de vue de la mère Laurence qui raconte à sa fille son quotidien, sa tristesse et qui malgré cette incompréhension et ce manque tellement profond décide de se battre et de s’investir dans les associations qui aident les jeunes qui sont fait arrêter aux frontières avant qu’ils aient eu le temps de rejoindre la Syrie. Elle accepte de passer à la radio, d’expliquer son combat, tout en ayant l’espoir qu’un jour sa fille rentre. Elle prend même sous son aile une jeune fille qui s’est radicalisée ce qui l’aide un peu à faire face à sa douleur.

D’un autre côté, le point de vue du père Samir qui lui paradoxalement a complètement perdu pied et s’est fait interner dans un hôpital psychiatrique. Il mélange son enfance en Algérie où il a connu des choses très dures et le présent sous l’influence des médicaments. Il s’en veut de ne pas avoir plus parler de religion avec sa fille pour lui expliquer, lui n’étant que très peu pratiquant. Mais contrairement à sa femme qui exprime sa colère et sa frustration à travers ses actions, lui se laisse complètement couler. Cela m’a beaucoup touché personnellement de voir toute la détresse du père, qui ne se remettra jamais de n’avoir rien vu venir : pour moi c’est encore plus fort un homme qui sait montrer ses émotions.

En résumé très bon livre, on nous dévoile très bien les processus d’embrigadement même si je dois avouer que, quitte à me faire taper sur les doigts, j’ai encore énormément de mal à m’imaginer qu’on puisse se laisser influencer comme ça du tout au tout en si peu de temps en ayant un univers familial aussi stable et aimant. Mais je sais que c’est effectivement le cas et le livre le décrit suffisamment. « Je vous sauverai tous » m’a fait penser à un téléfilm que j’avais vu il y a quelques mois sur France 2 et que j’avais beaucoup apprécié. Par contre, ne vous attendez pas à de la grande littérature, mais c’est tellement peu important face à ce sujet tellement poignant !

Je vous mets même une petite citation de la fin du livre qui je trouve résume à la perfection ce si joli livre (avec le titre qui est très explicite aussi) :

Attention spoiler !!

C’est la maman qui parle du papa :

« Il pense qu’il n’aura pas supporté ta disparition. Il se trompe. Ton père y aurait survécu, j’en suis sûre. La douleur a été incommensurable, mais il aurait appris à vivre avec, comme on apprend à vivre avec un membre amputé. Ce qui l’aura tué, c’est la honte. C’est de voir et d’entendre partout des gens communier, et t’imaginer toi, te réjouissant de ce grand chagrin national. Comment assume-t-on une chose pareille ? C’est impossible… ».

 

Si je devais donner une note : 

19/20

Non classé·polar

Le temps est assassin, Michel Bussi

Le-temps-est-aain

 

Résumé : 

Été 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d’un ravin de vingt mètres, une voiture roule trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clothilde, quinze ans. Ses parents et son frère n’ont pas eu la même chance.

Été 2016. Clothilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, accompagnée de son mari et de sa fille adolescente. Elle veut profiter de ces vacances pour exorciser le passé. C’est au camping dans lequel elle a vécu son dernier été avec ses parents, que l’attend une lettre… de sa mère. Vivante ?

 

Mon avis : 

Que dire de ce livre sinon que je l’ai adoré. C’est le cinquième livre que je lis de cet auteur et même si bien évidemment j’ai des préférences je les trouve à chaque fois très agréables à lire. Pour tout dire, je pense même que « le temps est assassin » est tout près de détrôner mon préféré : Nymphéas Noirs. Une fois qu’on a commencé, on n’a pas envie d’arrêter pour connaître le dénouement ce qui est la base d’un bon polar justement.

Comme d’habitude Bussi nous fait partir dans pleins de directions, laisse notre imagination se mettre en marche : tous les personnages sont des suspects potentiels et le suspens est présent à nouveau jusqu’à la fin du livre.

L’histoire se déroule en Corse et j’ai apprécié la description des paysages, de la presqu’île dans son ensemble et sans tomber dans les clichés qui seraient extrêmement faciles, l’auteur nous dévoile un peu la mentalité et les traditions familiales corses et j’ai beaucoup aimé. Autre point positif pour moi : les personnages qui peuvent être à la fois touchants comme Clothilde de part le drame familial qu’elle a vécu mais aussi énervants comme sa fille Valentine qui donne l’impression de n’en avoir rien à faire de sa mère, de son histoire et puis on repense que c’est une adolescente de quinze ans et que c’est normal!!! Son mari Franck est aussi un personnage quand même assez intéressant à découvrir et cela est limite dérangeant j’ai trouvé que lui aussi n’accorde aucune importance à l’enfance de sa femme.

Autre point positif, le récit jongle entre l’année 1989 et l’année 2016 et c’est captivant de découvrir les différences qu’il peut y avoir tant au niveau de l’évolution des personnages (mentale ou physique d’ailleurs!) que nous avions laissés adolescents et les adultes qu’ils sont devenus après le drame qui s’est déroulé en 1989. Le changement de décor avec les années est aussi décrit avec une précision crédible.

En ce qui concerne les points négatifs (et oui il faut bien qu’il y en ai un peu!), c’est un livre qu’il faut lire avec attention car il y a énormément de personnages différents et par moment il faut quelques secondes pour se remémorer de qui on parle.

Et, comme presque tous les livres de Bussi, un petit reproche quant à la longueur du  livre : certaines pages de la fin mériteraient à mon avis d’être largement raccourcies ce qui n’enlèverait rien à l’histoire et à son dénouement.

Voilà en résumé, super bonne lecture qui tient en haleine jusqu’à la fin : on espère encore et encore, on échafaude des théories toutes plus farfelues les unes que les autres et au final on ne s’attend pas du tout à cette fin et c’est encore une bonne surprise de Michel Bussi !

 

Si je devais donner une note : 

18/20

fantasy·Young Adult

Le baiser de la déesse, Aprilynne Pike

téléchargement (1)

 

Résumé :

 Tavia Michaels a miraculeusement survécu à un terrible crash qui a emporté ses parents. Mais peu de temps après l’accident, d’étranges événements se produisent… Qui est ce jeune homme d’un autre temps qui lui apparaît en rêve ? Et pourquoi peut-elle tout à coup faire surgir des objets comme par magie ?

L’accident l’a-t-il transformée plus qu’elle le l’aurait imaginé ? En cherchant des réponses à ses questions, Tavia va découvrir que son passé cachait des mystères aussi incroyables qu’inquiétants…

 

Mon avis : 

J’avais choisi ce livre à la base parce qu’une des booktubeuses en avait parlé, je ne sais plus laquelle. Pour être tout à fait honnête, je ne vais pas m’attarder dessus car même si je suis dure pour moi il n’a aucun intérêt et c’est très rare que je dise cela. Je ne peux pas dire que je l’ai détesté mais je ne l’ai pas aimé spécialement. Et pourtant à la base je suis plutôt une bonne cliente des livres fantastiques young adult mais là…

Tavia se remet d’un accident d’avion où elle est la seule survivante et a perdu ses parents. Elle a dû aller vivre chez ses « beaux oncle et tante ». Elle a beaucoup de mal à se remettre de cet accident que ce soit psychiquement ou physiquement et se coupe de presque tout le monde sauf de Benson, son nouveau meilleur ami a qui elle a tout raconté. Puis il se passe des choses étranges, des apparitions, pleins de questions sans réponse quant au fait qu’elle soit seule à s’en être sortie… Au départ, ce livre avait tous les ingrédients pour me plaire mais je n’ai pas vraiment accroché. Les personnages sont inintéressants, je n’ai pas tissé de liens du tout avec aucun même les principaux. On sait dès le départ ce qu’il va se passer enfin on le devine très vite donc aucun suspens. La fin est très tirée par les cheveux et franchement il ne se passe pas grand chose : heureusement cela dit que ce livre ne fait que 330 pages !

Je n’ai pas été me renseigner pour savoir s’il y’a une suite à ce livre mais vu la fin je pencherai pour un oui : je dois vous dire que je ne me précipiterai pas pour l’acheter !!

Malgré cela, ce livre est très bien pour un après-midi à la plage ou en vacances quand on ne veut pas trop réfléchir et se prendre la tête car il se lit très vite et il est assez bien écrit.

 

Si je devais donner une note : 

12/20

Livres·Thrillers

Arrêtez-moi, Lisa Gardner

téléchargement

 

Résumé : 

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l’heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures précises, dans quatre jours. Comme ses deux meilleures amies . Et elle souhaite que ce soit l’inspectrice D.D. Warren de la police de Boston qui se charge de l’enquête. Prise par la traque d’un tueur de pédophiles, D.D accepte à contrecœur. Mais dès qu’elle plonge dans le passé de la jeune femme, son instinct lui souffle que celle-ci ne lui a pas tout dit… Un coupable peut en cacher un   autre : avec Lisa Gardner, il faut toujours se méfier des apparences !

 

Mon avis : 

Je ne connaissais pas Lisa Gardner mais j’ai voulu acheter un de ses livres voyant le succès qu’elle avait actuellement et une amie m’en ayant parlé. Je dois dire que je n’ai pas été déçue. Le résumé laissait déjà entrevoir quelque chose d’assez intéressant à mon sens et j’ai beaucoup aimé. D’accord certaines personnes vont dire que l’intrigue est assez tirée par les cheveux mais moi je l’ai trouvé plausible et j’ai lu bien pire !

L’enquêtrice D.D. Warren enquête donc sur plusieurs meurtres de pédophiles et durant une de ses enquêtes, elle tombe sur Charlie Grant qui lui dit qu’elle sait qu’elle va mourir le 21 janvier comme ses deux meilleures amies et qui voudrait qu’elle enquête sur son meurtre ok le synopsis parle de tout ça mais cette façon de placer l’intrigue m’a plu, j’ai trouvé ça assez original et cela ne va pas être aussi simple que l’on pense : dès le départ l’enquêtrice a un doute concernant Charlie : qu’est-ce qu’elle fait sur sa scène de crime, pourquoi possède-t-elle une arme ?… De plus l’enquête parallèle des pédophiles est bien menée, les explications sur le comment ils font pour appâter leurs victimes notamment sur le net est un sujet qui n’est pas si souvent expliqué que ça dans un bouquin je pense et qui encore une fois est assez réaliste même si je ne suis pas une spécialiste !

Bref , c’est assez dur de bien parler d’un policier sans trop en dévoiler et spoiler les gens, mais je dirai que le style est simple mais bien écrit, que Lisa Gardner a bien travaillé son intrigue notamment le prologue que j’ai adoré, qui met vraiment dans l’ambiance et qui nous fait poser pleins de questions en seulement quelques pages. Le personnage de Charlie est comme je les aime : complexe, brisé, solitaire… J’ai aimé le côté psychologique de l’histoire : comment peut-on se reconstruire après une enfance telle que celle de Charlie qui n’est quand même pas banale mais qui malheureusement je pense existe réellement. Certains diront qu’on se doutait de la fin depuis longtemps mais j’avoue que j’ai quand même hésité presque jusqu’à la fin : je changeais d’avis toutes les cinq minutes ! La personnalité de l’enquêtrice est également intéressante je trouve, ses sentiments sont bien retranscris car même si elle vient d’être maman, qu’elle aime son mari, ce n’est pas le monde des bisnounours, elle se laisse souvent dépasser par son travail et a elle-même une histoire complexe avec ses parents. C’est un personnage franc et qui assume son rôle (enfin la plupart du temps) de jeune maman tout en jonglant avec ce travail très prenant et pesant moralement.

Pour résumer, ce livre m’a assez fait penser aux livres et au style de Patricia Cornwell et je l’adore!! Je n’hésiterai pas à en lire d’autres avec plaisir.

J’ai seulement eu deux petites déceptions : la première c’est que j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs avant la fin du livre, j’aurai enlevé une centaine de pages car j’avoue qu’à un moment donné, pas longtemps, je me suis un peu ennuyée et décroché légèrement.

La deuxième, c’est qu’en fait je n’étais pas au courant que c’était des séries de livres, qu’il y en avait plusieurs avec D.D. Warren et donc j’ai pris un peu son histoire personnelle en cours ce qui est dommage, j’aurai du les lire dans l’ordre même si cela n’empêche en rien la compréhension des différentes enquêtes.

 

Si je devais donner une note : 

17/20

 

Livres·Thrillers·Young Adult

Reste avec moi, Jessica Warman

content

 

Résumé : 

Elisabeth menait une vie de rêve.

Presque parfaite…

Le jour de ses 18 ans, elle meurt brutalement.

Meurtre ou accident, qui pourra le découvrir ?

Une seule personne : Elizabeth elle-même…

 

Mon avis : 

J’ai choisi ce livre pour sa couverture on va dire assez intriguante ainsi que pour son résumé qui me laissait présager de bonnes choses. Bon autant vous le dire tout de suite, ce livre n’est pas un coup de cœur mais il reste quand même assez agréable. C’est beaucoup plus simple que ce que je pensais car je m’imaginais une vraie enquête policière, j’ai d’ailleurs hésité à mettre ce livre dans la catégorie thriller car ce n’en est pas vraiment un au sens propre du terme, ce livre reste très « jeune ». J’ai passé un bon moment car l’écriture est simple, sans prise de tête, il se lit très vite : parfait pour un après-midi de vacances où l’on a pas trop envie de réfléchir.

Elizabeth se réveille le matin de son dix huitième anniversaire très tôt car elle entend des bruits sur le bateau de son père où elle a fait la fête avec ses meilleurs amis. Tout le monde dort encore et en allant dehors elle se rend compte qu’un corps tape contre la coque : son corps!! (ne vous inquiétez je ne vous spoile rien on le sait dès le départ!!). Elle comprend donc qu’elle est un fantôme mais ne se souvient de rien, plus personne ne peut la voir ni l’entendre à pars Alex, un jeune garçon de son lycée mort il y a un an et qu’elle connaît à peine.

Il vont ensemble replonger dans leurs souvenirs respectifs. Elle va suivre la vie de ses amis (ou pas), l’enquête sur sa mort et essayer de comprendre pourquoi ils se retrouvent tous les deux alors que de leur vivant ils faisaient parti de deux mondes différents et ne se côtoyaient pas.

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Alex qui est calme, serein et très direct. Quant à Liz, elle est agaçante, prétentieuse, se croit tout permis car ayant beaucoup d’argent, c’est une petite fille gâtée qui obtient tout ce qu’elle désire. J’ai aimé voir l’évolution de son personnage en tant que fantôme car elle se rend compte elle-même au fur et à mesure qu’elle était insupportable et médisante avec son petit groupe d’amis qui faisaient vivre un calvaire aux autres, le groupe VIP, les stars. On apprend petit à petit les raisons de son caractère car elle n’a pas toujours été comme ça.

Il y a des certains moments d’émotions et j’ai aimé que ce livre aborde les thèmes du harcèlement à l’école et de l’anorexie entre autres qui sont des sujets difficiles mais très actuels.

En bref, belle lecture quand même, même si on comprend assez facilement je trouve le lien entre les deux personnages. Je le recommanderai peut-être plus pour des lecteurs plus jeunes.

 

Si je devais donner une note : 

15/20

fantasy·Young Adult

Innaccessibles, Katharine McGee

CVT_Inaccessibles-tome-1_8079

 

Résumé : 

BIENVENUE A MANHATTAN, EN 2118.

New-York est à la pointe de l’innovation et du rêve. La ville est désormais une tour de mille étages où les plus aisés vivent à son sommet. Tout semble parfait, lisse et idéal.

Jusqu’au jour où une jeune femme tombe du millième étage…

Meurtre ou accident? Les suspects sont nombreux. La belle et riche Eris, qui découvre un secret familial terrible ? Rylin, qui travaille pour un garçon des étages supérieurs ? Watt, qui espionne tout le monde grâce à une IA qu’il a créée ? Leda, qui cache une addiction ? Ou Avery, la plus parfaite de tous, qui habite le penthouse du millième étage ? Entre soirées débridées, glamour et petits secrets entre amis, la Tour aux mille étages va révéler ses mystères.

 

Mon avis : 

Au départ, je ne le cache pas ce qui m’a vraiment attiré chez ce livre c’est sa couverture. Je la trouve juste magnifique!!

Bref, au-delà de ça, j’ai beaucoup aimé ce livre qui je trouve est assez conforme au résumé et aux critiques que j’avais entendues. Ce livre est effectivement pour moi un peu ressemblant à la série gossip girl (que j’adore bien évidemment!) mais dans le futur. Katharine McGee a vraiment une perspective du futur intéressante : cette idée d’une tour où les habitants partagent leur étage ou non selon leur ascension sociale (plus on est riche, plus haut on habite) est intéressante et pas si illusoire que ça. Les relations sociales, la richesse et la décadence sont les thèmes récurrents du bouquin.

Le livre commence par la chute d’une jeune fille du millième étage : on ne sait pas s’il s’agit d’un suicide, d’un meurtre….ni de qui il s’agit. Du coup dès le début on a envie de savoir!! Puis on remonte deux mois avant avec la présentation de tous les personnages. J’avais peur au départ de me mélanger les pinceaux car il y a quand même pas mal de personnages et un chapitre pour chacun d’entre eux :

  • Eris, jeune fille qui paraît froide, distante imbue de sa personne, aimant beaucoup l’argent mais qui va apprendre des secrets familiaux qui vont bouleverser sa vie.
  • Avery, une fille qui a été conçue pour être la jeune femme la plus parfaite et belle qui puisse exister grâce à des modifications ADN. J’ai beaucoup apprécié ce personnage qui même si elle peut paraître également prétentieuse souffre en réalité d’une extrême solitude et ne supporte pas qu’on lui rappelle à longueur de journée à quelle point elle est belle et formidable. Elle souhaiterait qu’on l’aime pour elle et non pour son physique et son argent ( personnage le plus riche de la tour habitant au dernier étage). Elle cache un lourd secret et a honte de l’avouer à quiconque.
  • Leda, la meilleure amie d’Avery mais qui souffre d’une addiction et qui sort d’une cure de désintoxication.
  • Rylin, qui a perdu ses parents et doit s’occuper de sa petite sœur. Habitant aux étages inférieurs, elle va trouver du boulot chez un garçon des étages supérieurs. Elle va aussi se retrouver dans une histoire pas très facile à cause de son petit ami qui est un dealer.
  • Watt, le plus jeune de l’histoire il me semble,  qui s’est crée une Intelligence Artificielle qui est implantée dans sa tête. Il s’en sert énormément pour pouvoir tout connaître des gens et s’en servir dans ses relations notamment avec les filles. Mais il doit absolument garder ce secret car il est interdit de posséder ce genre d’IA.
  • Cord, garçon qui a également perdu ses parents mais qui adore faire la fête. On se rend compte au fil du temps que lui aussi fait beaucoup le pitre pour cacher ce qu’il ressent réellement.

Pour résumé, ce qui m’a le plus touché, même si c’est du déjà vu, c’est l’histoire des personnages qui sont prétentieux, arrogants, et insouciants et qui possèdent presque tout ce qu’ils veulent pour la plupart ce qui les rends par moment absolument abjects mais si on creuse un peu plus, on se rend compte qu’ils sont tous malheureux, qu’ils ont tous des secrets les uns pour les autres, que même s’ils sont plus ou moins tous amis, ils ne se font finalement pas confiances réellement. Ce livre montre bien que la jeunesse dorée n’est finalement qu’une façade et que tout l’argent du monde ne peut pas changer la solitude, la perte d’êtres chers, et les problèmes familiaux, les tromperies : tout ne peut pas s’acheter…

L’autrice a énormément d’imagination quant au futur (histoire se déroulant en 2118). C’est très originale, les nouvelles technologies sont dingues (voitures volantes bien sur, les IA, les robots domestique,…). Bien sûr on connaît dans les films mais c’est quand même intéressant à découvrir dans ce livre.

Pour terminer, je dirai que la fin laisse place à un peu de frustration, je voudrai connaître la suite!!!

 

Si je devais donner une note : 

17/20

fantasy·Young Adult

Phobos tome 1, Victor Dixen

téléchargement

 

Résumé : 

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées.

Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinées à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

 

Mon avis : 

Au départ, je n’étais pas du tout tentée par ce livre dont tout le monde parle avec autant d’entrain. En lisant le résumé, je me suis dis ok l’idée est originale, actuelle, mais je n’ai jamais aimé le thème de « l’espace » que ce soit dans les romans ou dans les films.

Cependant, devant toutes ces critiques si positives de la majorité des gens et l’engouement qu’il y a pour ce bouquin, je me suis dit allé pourquoi pas après tout si tout le monde l’aime bien il n’y a aucune raison qu’il ne te plaise pas.

Je dois dire que je suis très très mitigée par rapport à ce livre : je n’ai pas autant détesté que je pensais au départ mais je n’ai pas été pas non plus totalement emballée. La mise en place de l’intrigue est pour moi longue, trop longue pour rentrer dans l’histoire, les descriptions du vaisseau,  les personnages et en même temps, paradoxalement, il n’y a pas de secret car dès le début on apprend ce qui résume toute l’histoire et il n’y a plus d’intrigue : on connait au départ les « méchants de l’histoire » et ce qui se trame et du coup ça enlève tout le suspens qu’il pourrait y avoir et qui ferait la beauté du livre. De même pour les personnages, que je trouve d’un cliché exaspérant. Ils racontent tout dès le départ, au premier rendez-vous ils dévoilent leur vie bien sur très difficile et larmoyante et s’expriment de façon tout a fait inadaptée je trouve par rapport au contexte de l’histoire : ils parlent comme des poètes ringards du 19ème siècle alors qu’on est quand même censé être dans une intrigue plutôt actuelle et même futuriste. Non mais qui s’exprime comme ça actuellement!!

J’arrête avec les points négatifs car vous allez croire que je mettrai un 3 à ce bouquin ce qui n’est pas le cas. Je vais passer aux points positifs : le bouquin est quand même centré sur un personnage un peu plus important que les autres : Léonor. Je dois avouer que j’ai beaucoup aimé ce personnage, elle est tout à la fois attachante, en retrait au départ, discrète et malgré cela c’est une personne avec énormément de caractère, solaire et j’ai trouvé que sa présence du coup rendait l’intrigue plus intéressante. On devine que c’est à travers elle que l’histoire va se jouer et qu’elle sera je pense déterminante. A côté de ça, les autres personnages restent quand assez importants bien que plus effacés pour l’instant. On ne rentre pas trop en détail sur les 11 autres mais je ne m’en fais pas pour ça car bien sûr c’est un premier tome et je suppose qu’on développera les personnages dans les autres…

Autre point positif de ce livre et qui pour moi a tout changé : c’est qu’on commence vraiment à se mettre dedans à partir d’un peu plus de la moitié je dirai, Victor Dixen sait ménager son effet avec la fin du roman, on voudra forcément connaître la suite même si comme moi on a pas trop accroché à l’ensemble. Je reste sur ma faim et il y a un cliffhanger de dingue qui va m’obliger à acheter les autres du coup!! Dernier point positif pour moi même si c’est un détail qui n’a rien à voir avec l’histoire, j’ai adoré la couverture de ce livre…

 

Si je devais donner une note : 

16/20

Romance·Young Adult

Loin de tout, J.A. Redmerski

 

                          

Résumé : 

CAMRYN n’a jamais voulu se contenter d’une petite vie tranquille. A vingt ans, alors qu’elle croit que son avenir est sur des rails, elle perd son petit ami dans un accident de voiture. Tout s’écroule. Cédant à un élan irrésistible, la jeune fille décide de tout plaquer pour aller voir ailleurs – et s’y perdre, avec un peu de chance.

C’est alors que son chemin croise celui d’Andrew, vingt-cinq ans, qui n’a pas été épargné par la vie, lui non plus. Ces deux paumés font route ensemble et retrouvent ce qu’ils cherchaient sans le savoir : l’espoir. Camryn se sent vivre plus intensément depuis qu’elle a rencontré ce compagnon de route audacieux, drôle et incroyablement séduisant. Ce road trip improvisé marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui pourrait faire de ce voyage le dernier.

 

Mon avis :

Alors, c’est complètement bizarre ce que je vais écrire mais je ne sais pas trop quoi pensé de ce bouquin. Habituellement, c’est exactement le genre de livre qui me plaît : deux personnages au destin brisé mais le garçon va rencontrer la fille… (oui je sais très bateau et plutôt pour les adolescents mais que voulez-vous je suis une éternelle enfant et je ne vais pas mentir j’aime ça!!). Il faut dire que le livre est bien écrit, simple et ce road trip improvisé n’est quand même pas banal et nous permet de découvrir grossièrement quelques villes et ambiances, mais il me manquait un petit quelque chose et je ne saurai trop quoi justement là est le problème… Ou peut-être que j’attendais justement plus de dépaysement, de description de paysage, de rentrer plus dans ce voyage qui finalement passe vraiment au second plan alors que c’était l’idée qui me plaisait au départ.

Par moment je me suis ennuyée, j’ai trouvé que c’était vraiment cliché et pourtant j’ai aimé les personnages, surtout celui d’Andrew à qui on s’attache vite je pense, ses réflexions, son humour, et son air détaché m’ont même fait rire parfois. La fin a quand même réussi à me surprendre un peu, je dois avouer que je ne pensais pas à ça. D’après les avis, le deuxième tome est un peu moins bien donc je vous avouerai que je le lirai peut-être un jour, mais ce ne sera pas une priorité, contrairement à certaines fois où dès qu’on pose le 1er tome on se dit aussitôt « mais bon sang pourquoi je n’ai pas acheté la suite, je ne veux pas attendre… »

Je ne dis pas que je ne l’ai pas aimé attention, ça se lit vite, on passe un bon moment et je ne regrette surtout pas l’achat de ce livre, qui, je le comprends, a plu à beaucoup de monde et a d’ailleurs obtenu le prix des lectrices 2014. Je n’avais peut-être pas la tête à lire ce genre de roman actuellement tout simplement.

 

Si je devais donner une note :

15/20

classique·Livres·Romance

Le Goût du bonheur, Gabrielle, Marie Laberge

téléchargement

Résumé : 

Dans leur résidence estivale de l’Ile d’Orléans, non loin de Québec, les Miller et leurs six enfants offrent l’image de l’harmonie et de l’aisance. La crise des années trente les a épargnés. Chez eux, le goût du bonheur l’emporte sur les conventions et les préjugés d’une société paroissiale étouffante. Comblée par son mari, Gabrielle aspire à encore plus de liberté. La tendre et violente Adélaïde, sa fille, est déchirée entre sa tendresse pour le jeune Florent et sa passion pour l’Irlandais Nic Mac Nally. Alors que la rumeur de la guerre enfle en Europe, s’annoncent des orages du cœur…

 

Mon avis : 

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre qui reste simple et assez « classique ». Je l’ai acheté suite aux avis des booktubers que je suis assez souvent sur le conseil d’une amie depuis peu et je dois dire que je ne suis pas déçue. Premier tome d’une trilogie « Le goût du bonheur », est bien écrit, et malgré le « pavé » (+ de 850 pages), ce livre est captivant et nous montre la vie au Canada dans les années 20/30 ce qui est intéressant et je dois dire assez « marrant » dans certaines répliques ou expressions canadiennes.

Ne vous attendez pas non plus à un roman qui bouge avec pleins de renversements qui nous bousculent mais moi j’aime ce style classique, familial. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à cette fin qui nous laisse sur notre faim c’est le cas de le dire… J’ai vraiment hâte de lire les deux prochains tomes Adélaïde et Florent car d’après les avis ils sont encore plus bouleversants.

Bref, pour moi très bon roman, avec une héroïne Gabrielle que j’ai adoré, qui bouscule toutes les conventions de cette époque mais en restant quand même très fortement encrée dans les « normes » de cette époque à savoir la religion et la place de la femme dans la famille.

Si je devais donner une note : 

18/20